logo EtoileDeLune
Date: 30 Nov 2010 01:06:00
Title: Navigation vers Tahiti_cargo de nuit sous les etoiles

15:53.80S 147:42.22W
TIME: 2010/11/30 00:49
COMMENT: VERS TAHITI NAVIGATION PACIFIQUE

Bonjour,

Pour cette première nuit, les quarts ont eu du mal à se mettre en place. Le sommeil venant pendant la veille et la veille venant pendant le sommeil. Tout cela ne se commande pas! Surtout qu'au moment du changement de quart, un cargo s'est pointé dans notre sillage. Cela fait rudement longtemps qu'on n'a pas eu de compagnon sur l'océan. On finissait par croire qu'on y était seuls!

Notre bon et fidèle AIS sonne le rappel des troupes. C'est bien pratique cette petite machine, nous ne nous en passerions plus! Le cargo, ne nous voit-il pas? A quinze noeuds, il fonce sur nous! Lui, tranquille dans un fauteuil, nous peu rassurés de voir ses lumières grossir, notre AIS nous donne de plus en plus de précisions : son nom, 91 mètres de long, destination Majuro (jamais entendu parlé), point de collision dans vingt minutes, position GPS et toutim.

Le moussaillon est attitré à tous les micros du bord. Je saisis celui de la VHF, mais je n'obtiens aucune réponse.
Gratte, gratte, gratte sur le coin du ciboulot...
S'il dort dans sa belle passerelle climatisée, comment réveiller le marin de quart du Hyanatutsi. Nom imprononçable en plus. Je ne me décourage pas. Je réitère, encore, encore et encore... C'est que ce beau cargo, sans doute japonais, il a choisi de nous coincer au seul endroit où pour nous l'océan se rétrécit. Pour faire route sur Tahiti, nous évitions bon nombre d'atolls (c'est mieux!), mais il en est deux, qui forment un couloir et où il faut passer. Evidemment, le cargo a choisi, comme nous, une route qui le conduit pile-poil au milieu du rétrécissement, pour éviter les hauts-fonds qui bordent les atolls.

Nous utilisons notre marge de manoeuvre pour infléchir notre route de 20 degrés. L'AIS crie déjà moins fort, mais il reste en alarme. Avec le gros projecteur, nous illuminons la grand-voile, et je continue mes appels. Une voix, mal assurée en anglais, accent asiatique me répond enfin : "Mama I ll pass you on star bord"

Ben voilà... Il suffisait de le dire. Sur l'AIS on voit sa route changer, il ne nous passera plus à 0,0 milles mais à 1,36 mille. La sirène cesse. Dans la nuit noire, au milieu d'un champ d'étoiles le rouge du cargo grossit sur notre tribord. Au moment où il nous passe en parallèle, j'entends la grosse voix :
"Mam... Bonne nuit..."

C'est dit avec une timidité de français touchante, et avec un accent tel qu'il nous a fallu plusieurs secondes avant de réaliser ce qu'il nous disait. "Bonne nuit cher marin, et veillez bien!"

Conditions
Lundi AM : Belle promenade pacifique avec un alizé d'est faible à modéré, une mer houleuse de sud ouest et de nord, mais pas plus d'un mètre cinquante. Beau soleil, quelques grains épars peu gênants, voiles en ciseaux.

Lundi PM, il nous reste 150 milles sur les 266. La vitesse du vent et donc du bateau se réduisent d'heure en heure... On fait un peu moins de 3 noeuds. Le Pacifique très très pacifique! Les houles croisées sont réduites, un peu courtes et donc ça chahute le génois, même tangonné. Mais on ne se plaint pas, le temps est déclaré beau pour les jours à venir (on a 72 heures de beau temps devant nous), donc traîner en mer ne fait des rides que sur le front du capitaine, qui essaye de trouver la bonne allure pour garder un peu de tenue dans les voiles

A plus pour d'autres nouvelles du large
Nat et Dom
www.etoiledelune.net





Diary Entries