Une journée standard + Entrevue sur RTS LA PREMIERE – Emission « Le Grand Soir »

BRAINWAVE
Nicolas & Georges
Sat 27 Nov 2021 18:29

 

 pos: 11:037.221N 042:48.913W / Cap 280

(27.11.21 /UTC 18h30)

 

Mardi 23 novembre

 

Une journée standard + Entrevue sur RTS LA PREMIERE – Emission « Le Grand Soir »

 

Les vingt-quatre heures d’une journée sur Brainwave se séparent en deux fois douze heures. Douze heures de jour (08h00 à 20h00) et douze heures de nuit (20h00 à 08h00). Il y a un skipper responsable sur un tournus de trois jours, c’est la fonction de Nicolas et de Georges. Les heures de garde se répartissent entre les équipiers pour qu’il y ait toujours quelqu’un prêt à intervenir à la barre, si jamais le pilote automatique se déclenche et pour régler les voiles également. Certains sont experts pour régler les voiles, d’autres pour déclencher le pilote automatique…inopinément ! Nous naviguons toujours au grand largue.

Sur le voilier c’est une organisation précise, quasi militaire sur Brainwave, pas étonnant quand on sait qu’il y a quatre anciens officiers dans l’équipage. Ce ne sont pas les plus ordrés, mais ils nous ont promis de faire des efforts d’ici la fin de la traversée. Claude et moi sommes les trouffions de service, on en rit beaucoup.

Mardi matin 23 novembre, à huit heures, fin du quart de nuit et début d’une journée de douze heures. Nous préparons une salade de fruit pour le petit-déjeuner selon les ordres de notre chef cuisinier. Café pour les uns, thé pour les autres. Un morceau de pain, confectionné sur le bateau, accompagné d’un morceau de gruyère qui commence à se faire rare. Ce premier repas de la journée se passe dans la convivialité. Certains ont bien dormis, d’autres moins et sont un peu grinches !  Il fait très chaud dans les cabines où l’on dort. Avec la chaleur accumulée durant une bonne partie de la journée, ça surchauffe. Pas étonnant que l’immensité d’eau qui nous entoure soit sondée à plus de 29 degrés. Rassurez-vous on ne s’est pas baigné, ce n’est pas encore le temps ni le lieu.

Après le petit-déjeuner il y a le briefing du jour. Je ne vais pas entrer dans les détails car ce serait trop long. Toutefois, ce briefing permet à chacun de s’exprimer en fonction des tâches qu’il a à faire mais également de son ressenti psychologique ; moral haut, moral bas, ennui de la famille restée à la maison, monotonie, solitude, prise de gueule… On est vraiment tout seul au monde, comme le dit si bien la chanson.

Le briefing terminé nous vaquons à nos occupations personnelles. Chacun s’accorde un peu de temps libre pour lire, jouer aux dames ou au charret, jouer de la guitare, chanter, écrire le blog, faire des photos, faire une petite sieste, contempler le paysage à perte de vue. Aux jeux de société Nicolas est l’homme à battre, il gagne toujours, à moins qu’on ne le laisse gagner pour qu’il garde toujours sa bonne humeur légendaire !? On ne le saura jamais. Vers quatorze heures nous prenons un lunch composé généralement de viande froide, d’un peu de pain, d’une bonne soupe, des restes de la veille parfois.

Aujourd’hui c’est une fin d’après-midi particulière car je suis invité par Eric Grosjean sur la RTS LA PREMIERE, dans l’émission « Le Grand Soir ». A 20h30, heure Suisse et 17h30 heure locale, la radio m’appelle par téléphone satellite. La ligne est bonne, ouf. C’est un moment d’émotion intense que d’avoir ces quelques minutes en contact direct avec la Suisse romande, j’en ai la larme à l’œil. Les amis équipiers sont restés dans le cockpit en appréciant l’apéro de fin de journée, sauf Nicolas et Mario qui m’encouragent et m’assistent pour les aspects techniques de notre traversée. A la fin de l’entrevue, la radio passe ma chanson BRAINWAVE, quel magnifique cadeau. Merci à Eric Grosjean qui a si bien organisé ce moment d’entrevue, j’espère que nous avons fait rêver les auditeurs de LA PREMIERE depuis cette immensité Atlantique.

Après ce moment particulier Nicolas se met à la cuisine, je l’assiste. Ce soir au menu : entrecôte de bœuf, sauce morille, riz et une salade de choux comme légume. Un verre de vin rouge ou blanc est servi aux équipiers. Exceptionnellement ce soir, pour le dessert, nous avons droit à un carré de chocolat. Depuis quelques jours le chocolat est rationné sur le bateau car pendant les premiers jours des quarts de nuit il a peu à peu disparu de l’armoire. On ne saura jamais qui était la petite souris.

On prend tous nos repas dans le cockpit, espace situé sur le pont. C’est exceptionnel et magique que de pouvoir ainsi profiter de manger cette excellente nourriture tout en admirant le ciel, la lune belle ronde qui éclaire cette immensité d’eau ainsi que les millions d’étoiles.

A partir de vingt heures presque tout le monde va se coucher, à part bien sûr les irréductibles (je ne citerai pas de noms) qui boivent encore une petite Williamine accompagnée par un cigare !

Les journées se passent presque toujours sur le même modèle, à quelques variantes près quand il s’agit de faire des réparations techniques d’urgence mais pour ça je laisserai les experts s’exprimer en temps voulu.

 

Amitiés et bien à vous

Denis Alber 

 

 

Séance barber pour le pinch de Claude
La lessive de Marco
A votre avis qui dort ?
La on sait
Le repos du jsute
Analyse d'une déchirure
Réparation de la bordure
Mise en place de la bordure
Le pain avant cuisson
Les boulangers sont heureux, le pain est cuit
Kim a le sourire
Coucher de soleil sur l'infini de l'océan