Gambiers - Marquises

20:46.88s 135:23.39w

Lundi 18 juin 2012 - 10h00 heure locale Jomay (ut-11) - 148 miles en 24h - vent
SE dans la journée du 17 juin 20nd, nuit vent E-NE 10-15nd, grains raisonnables
en quantité et intensité vent 20-25nd. Soleil, la température augmente.


Premières 24h de traversée entre les Gambier et les Marquises. Sortie de
Rikitéa sous les grains, partons plein nord, les arrêts (mouillages) dans
les Tuamotu sud Est, sont plutôt rares, c'est des atolls fermés sans
possibilité d'entrée dans le lagon, nous avons posé la question au
capitaine de la goélette venant ravitailler Rikitea concernant les atolls
ou nous pourrions nous arrêter sur le trajet, pour lui aucun arrêt dans
cette zone n'est sur, il faut mouiller sur le récif, sans possibilité
parfois d'aller à terre, et le danger des vents tournants, grains et ancre
bloquée dans les coraux. Le premier atoll seraient Hao et Amanu qui ont des
passes et un lagon praticable.
Ces deux atolls, nous porteraient trop à l'ouest de notre route et pour
revenir direction les Marquises c'est du près serré, car les vents dominants
sont E et NE. Nous décidons de traverser directement sur les Marquises et
ferons les Tuamotu au retour.

La Polynésie vue par Brigitte et Romain : Arrivée au Gambier

Après 27h.de voyage et 3 jours d’escale à Tahiti pour formalités et visites ;
nous rejoignons les Gambier en avion et Rikitea en bateau pour enfin retrouver
José et Maité qui nous accueillent à bras ouverts et tout sourire.
Les jours suivants sont occupés à la découverte de l’île de Mangareva et de
Rikitea son principal village.
Les curiosités principales sont la cathédrale St. Michel, le mausolée du
dernier Roi des Gambier, la vue, la nature et sa végétation luxuriante, et la
découverte du village : ses épiceries, sa poste, ses snacks et ses habitants.
Les gens sont ici, comme à Papeete gentils, accueillants, avenants, généreux et
prêt à partager le peu qu’ils ont ; dès qu’on leur demande si on peut acheter
leurs fruits ou légumes ils nous répondent : servez vous ici la nature est
généreuse, on a même eu droit à : « Vous après un mois de mer vous n’avez plus
rien, nous ici on a qu’à cueillir »
Donc après la visite on passe à l’avitaillement : on récolte les pamplemousses,
les citrons, les courges, les courgettes, les bananes et les papayes et c’est
du boulot….même si c’est gratuit…
Le bateau ravitailleur est annoncé dès qu’il arrive c’est l’effervescence au
quai et dans les épiceries ; il nous faut faire le tour de ces dernières pour
savoir qui aura quoi et quand ? Car il faut être rapide sinon il n’y aura plus
rien à mettre dans les cales, le ravitailleur ne passe que toutes les 3
semaines, donc faut être efficace. Du beurre, de la farine, du sucre, du lait,
des carottes, des pdt , des oignons, des œufs et de la viande congelée feront
notre bonheur, pas de place pour le superflu.
Les journées commencent tôt à 6h30¬-7h. et le coucher se fait vers 21h.-21h30
; dans l’intervalle on prend le petit déjeuner, l’apéro de midi, le dîner,
l’apéro du soir, et le souper. Certains jours s’il ne fait pas trop froid on a
droit à une petite douche.
Au bout de 4 – 5 jours nous sommes enfin amarinés et plus ou moins productifs,
l’aventure peut commencer…..